Claque ou giclée de plomb

Posté par nicolas le 16 décembre 2008

J’habite en province, je suis complètement abasourdi par les bêtises que j’entend sur l’homosexualité. Pourquoi tant de haine, de soi et des autres? Ici, ville moyenne de 20000 habitants, une ville de Normandie, les gens regardent la télé tous les soirs et raffolent des débats autour des trois thèmes qui les scotchent à coup sur: les gays, les prostitué(e)s, les transsexuels. Mais croyez-vous que cela leurs mette un peu de tolérance, d’acceptation dans leurs pauvres cranes? Pas du tout. Ils regardent ces catégories comme autant de monstres de foire. Le dispositif scénique de ces talk-shows, cette façon idiote et réductrice qu’a le ou la présentateur (rice) à fiches de faire intervenir un <> après chaque témoignage, tout concourt à ça: dire qu’être hétéro, c’est mieux, que le monde d’aujourd’hui est ce qu’il est grâce à eux. Parce que sans doute, ils le trouvent formidable, ce monde-là, ou l’on commet des attentats pour que des enfants d’une autre religion ne marchent pas sur un trottoir? C’est ça, le modèle hétérosexuel, le Moyen-Âge qui revient et tout le monde qui trouve ça bien? Alors non merci. Bien entendu, toutes ces remarques homophobes et racistes ne les empêches pas d’aller baiser sur des parkings ou dans les bois. Ils sont blond décoloré, ultra-folles, pleins de bagouses ou déguisés en machos plein de poils. Ils se fond enculer comme des brutes sur une banquette arrière. Et le lendemain, au bureau, confirment à leur collègues cette phrase débile: c’est sur, deux hommes entre eux, c’est pas naturel. Des claques ou une giclée de plomb?   

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

Gay dire ou pas dire?

Posté par nicolas le 9 décembre 2008

1. Faut-il le faire ?

Ça dépend de chacun, de son évolution personnelle, de sa propre acceptation mais aussi de son environnement. Le premier but du  » coming out  » est de se faire du bien alors chacun fait comme il le sent.
Il faut se sentir capable d’affronter les autres et leurs réactions, moqueuses, brutales, parfois violentes mais souvent interrogatives. Il faut être préparé à ça, avoir conscience du choc que ça peut représenter. Comment sont ils ? Plutôt tolérants ou rigides ? Mais aussi qui sont-ils par rapport à vous ? On ne se positionne toujours pas de la même façon face à ses amis ou à sa famille.
Il faut aussi être un peu pragmatique et prendre en compte son niveau d’autonomie. Ce n’est pas la même chose de vivre chez ses parents, de dépendre d’eux, ou d’être indépendant et pouvoir mettre un peu de distance si la réaction est négative.

2. Révéler son homosexualité : une démarche difficile

Choisir de révéler son homosexualité c’est une démarche difficile, pour tous et quel que soit son âge Il y a donc lieu de vérifier sa motivation.
Révéler cette orientation sexuelle permet de mettre les choses au clair entre soi et les autres, d’en finir avec les questions et les réponses évasives, de faire taire les rumeurs. C’est aussi se délivrer d’un secret perturbant les relations aux autres.

Enfin, faire son  » coming out  » (expression américaine qui signifie le fait d’assumer son homosexualité dans la sphère publique et privée) parler vrai, dire ce que l’on est, ce que l’on aime s’inscrit dans une démarche d’acceptation personnelle qui prend souvent des années.

C’est un moment de vérité …pas toujours facile… Cela demande de s’y préparer un peu…

3. En parler à ses copains

C’est souvent la première étape. Quand on est prêt à s’assumer en public et avant d’affronter la famille, le dire aux amis est plus facile, on leur prête la même tolérance, la même ouverture d’esprit qu’à soi. Cela permet aussi de s’exercer à mettre des mots, à faire face aux questions, aux réactions, à expliquer ce que l’on vit et ce que l’on ressent.

Même des amis peuvent être choqués, il faut s’y attendre et ça n’a rien d’étonnant. Ils peuvent avoir des réactions immédiates violentes, cela ne veut pas dire que par la suite ils ne l’accepteront pas.

L’annonce peut être intolérable et faire un tri dans les amis. Certains ne reviendront pas, la majorité d’entre eux continuera à vous apprécier tel que vous êtes. C’est la règle du jeu.
 
Le fait que le cercle d’amis soit au courant permet de se sentir soutenu, de s’assumer plus facilement.

Personne n’annonce son hétérosexualité, ça semble une évidence, c’est « comme ça ». Mais dire son homosexualité à quelqu’un c’est l’amener à se représenter sa propre sexualité, à y mettre une image, c’est l’obliger à s’imaginer ce que ça fait. Il faut accepter que ce ne soit pas simple, que ça puisse choquer et que ce ne soit pas seulement une histoire d’ouverture et de tolérance.

Publié dans Liens | 1 Commentaire »

Exhibez-vous

Posté par nicolas le 2 décembre 2008

Ad nauseam, chaque année, dans nos pays croulant sous le poids de la consommation effrénée, récidivent avec toujours un peu plus d’avance les fêtes de fin d’année. D’ailleurs, le glissement sémantique n’est pas fortuit. On dit aujourd’hui plus volontiers « fêtes de fin d’année » plutôt que Noël et Nouvel An. Peut-être parce que le sens qui était le leur initialement incontournable du consumérisme conquérant. Le père Noël a remplacé le petit jésus, et les cadeaux, autrefois réservés aux enfants, sont désormais le privilège de tous. Nous sommes tous supposés recevoir un cadeau enveloppé dans du papier criard en poussant de petits cris hypocrites (oh, il ne fallait pas..). Noussommes tous supposés en offrir en grevant considérablement notre maigre budget. Un grille-pain ou un humidificateur de cigare? C’est ce jour béni ou les familles, qu’elles existent vraiment ( c’est-a-dire lorsque l’amour qui les lie est réel) ou ne soient qu’assemblages artificiels de personnes, se réunissent, la larme à l’oeil devant la télé pour un spécial Lagaff ou autour d’un pauvre sapin déjà en train de crever sous un vulgaires déconations et enguirlandes. Souvent, trop souvent hélas, votre mari, amant, petit ami vous laisse tomber, « tu sais comme sont mes parents, chéri… »Quand au Nouvel An, dont la tradition remonte à beaucoup plus loin que Noël, c’est maintenant le prétexte à s’empiffrer de pseudo-nourritures hors de prix (encore une louche de fois gras?), à se manger jusqu’à plus soif, à se vautrer dans sa frange en espérant que la partie tourne vite à la partouze. Les lendemains sont souvent douloureux: migraines carabinées et porte-monnaie en berne. Et puis, il y a ceux qui redoutent plus que tout ces jours d’automne finissant ou les pitoyable guirlandes électriques municipales, installées déjà depuis deux mois, ne font qu’amplifier la tristesse et l’inhumanité des rues. Parce qu’ils n’ont pas de mari, d’amant, de petit ami, de copain à qui faire d’inutiles cadeaux. On leur enfoncerait la tète sous l’eau glacée que ce ne serait pas pire. C’est surtout à eux que nous pensons en cogitant à ce que internet peuvent offrir. C’est au coeur même de l’espoir, là ou les âmes esseulées tentent l’impossible, se rencontrer, même si ce n’est que pour baiser.

La tradition exige également que l’on fasse des voeux. Pour ma part je souhaite qu’il n’y ait plus la de haine, de guerre, d’intolérance, plus d’injustice, plus de pauvreté, plus de détresse jeté au coin des rue dispendieusement illuminées. Plus de sida. Et surtout, at last but not the least, plus de solitude affective. Quand on n’a personne à aimer et qui vous aime, on a rien.   

Publié dans Liens | 1 Commentaire »

Les petits articles gay

Posté par nicolas le 17 novembre 2008

Handicap et homosexualité

Nous passons devant eux et nous ne les voyons même pas, du moins, nous nous efforçons à ne pas les voir un handicap n’est pas toujours facile à vivre dans notre société dans laquelle les structures pouvant les recevoir manquent cruellement encore aujourd’hui. Alors, imaginons un seul instant être gay et handicapé! Tout le monde sait à présent que les gays fréquentant le milieu appliquent une indifférence envers les gays qui n’adoptent pas leur dress-code. Alors comment fond les gays en fauteuil roulant, les sourds et les muets,…? Doit-on les bannir de notre vie sous prétexte qu’ils ne sont pas «  »comme nous »"? Ils en va de chacun de nous de faire un effort et, surtout, de changer notre mentalité pour mieux les intégrer dans notre société. N’oublions pas qu’aux « autres« .

 

Hétéros, passifs

De nos jours, il n’est toujours pas évident d’afficher librement son homosexualité surtout lorsqu’on habite une petite ville de province. Certains gays prennent le parti de cacher leur attirance sexuelle, quitte à vivre malheureux toute leur vie en se donnant une allure d’hétéros. Ainsi, ils pensent éviter tout affrontement suite aux insultes homophobes voire un quelconque rapprochement avec la folle tordue du coin qui, elle, n’a plus rien à perdre. Pour cela, il se donne à fond dans la musculation et, une fois bardé de muscles des pieds à la tète, ils se croient intouchable dans ce monde de brutes ou l’habit fait le moine (se donner l’allure d’un hétéro avec des fringues de pd, ça ne le fait pas!). « Pour vivre heureux, vivons cachés! », est-ce la seule solution au problème de l’acceptation du couple masculin? Je ne le crois pas. Être naturel et humble reste la meilleure des solutions.   

 

Publié dans Liens | 1 Commentaire »

Les minets 2

Posté par nicolas le 10 novembre 2008

Du sexe à volonté

Ils ne jurent que par l’obscurité des endroits de baise humides et odorants. Leurs parfums sont tout simplement les odeurs de sperme séché, de sueur et de moisissures. Ils hantent les couloirs sombres tels des prédateurs en chasse, posent leur main sur une paire de belle fesses et regardent leur proie droit dans les yeux, l’invitant à les suivre dans une cabine à moins qu’ils ne baisent là, tout, maintenant. Ils s’incrustent dans des groupes pour tâter, sucer, prendre et se faire prendre…Peu importe avec qui tant ils sont sous l’emprise du plaisir et de l’abandon au dieu du sexe.

 

Génération désenchantée

Ils ont 20 ans et ils ne supportent pas les jeunes de leur âge. Ils les trouvent arrogants et provocants. Ils ne respectent ni l’hommes ni la vie et leur unique préoccupation, c’est eux et eux seuls, et peu leur importe de tout détruire sur leur passage et de faire souffrir leur entourage pourvu qu’ils arrivent à leur fins. D’autre en revanche, ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette nouvelle jeunesse, préfèrent sortir avec des mecs plus âges pour mieux profiter de leurs expériences ( et pas de leurs argents ) et pourquoi pas, construire une véritable relation amoureuse. Fantasme du père absent ou du grand frère inexistant, ils sont âprement convaincus que ce n’est pas par la provocation que la reconnaissance sera établie.  

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

Connaitre les GAYS

Posté par nicolas le 3 novembre 2008

1) Les plan a 3

Qui peut le plus peut le moins. C’est en substance ce que peuvent penser les adeptes des plans à trois. Car un trio, ce n’est pas si simple. Il faut premièrement trouver les partenaires. Ce n’est pas un trip aussi courant qu’on pourrait le croire. Des couples chassent parfois le troisième mais rare sont les trios spontanés ou personne ne se connaissait 5 minutes auparavant sauf dans des lieux de drague types foret….Ensuite, qui fait quoi? Il faut compter les actifs, les passifs, les versatiles. Enfin il faut savoir dans quel ordre procéder, qui commence, comment, qui dirige? Il est parfois vite fait qu’un protagonistes se retrouve seul sur un banc de touche à mater les deux autres s’envoyer joyeusement en l’air. Vous voyez, les plans à trois, ça s’organise. Rien ne remplace l’expérience alors place à vos commentaires pour me dire si j’ai dit vrai.

2)Le sexe aprés le travail

Le travail ça stresse, ça prend la tête, ça prend aussi beaucoup de temps dans une journée. Alors il est vrai que statistiquement, il est plus fréquent de tirer son coup après le boulot (sauf certain qui fond beaucoup de route et qui le fond également pendant les heures de boulot) 1) avant le boulot  2) pendant le boulot 3) la nuit en semaine 4)week-end l’expression » un cinq à sept  » n’a pas été inventée pour rien.

Il y a meme ceux qui en ont fait un sport nationnal. La journée passe bien plus vite quand on sait qu’a la sortie, on va s’envoyer en l’air. Et le boulot peut aussi servir d’alibi pour tirer sont coup en toute discrétion vis-à-vis de son petit copain ou de sa copine. 

Publié dans Liens | 1 Commentaire »

Virilité: innée ou acquise?

Posté par nicolas le 9 octobre 2008

Je vous écris pour vous mettre en garde contre les dangers de tomber amoureux d’un hétérosexuel. Et vous avez tout à fait raison. Jamais un hétéro ne pourra aimer un homo, ou alors occasionnellement et pas forcément dans les meilleures conditions, car sinon il ne serait plus hétéro. C’est toujours une grande déception au bout du compte. Mais il faudrais peut-être se poser la question de savoir pourquoi nous autres tombons bien facilement sous le charme des hommes à femmes plutôt que de nos semblables. Moi, je crois savoir pourquoi, et ce n’est pas bien compliqué. Nous sommes attirés, non par la féminité, mais par la virilité. Or,allez faire un tour dans un bar ou se réunissent principalement les homos, et vous comprendrez. Tout ce joli monde se parle généralement au féminin, même ceux qui ont le plus l’air macho, ils rient comme des folles et marchent comme des mannequins jour de défilé de mode (quand ils ont un verre dans le nez, c’est encore pire). Moi, je suis naturel, et jamais il ne me viendra à l’idée d’agir de la sorte avec quiconque. Prenez un pédé seul d’aspect très masculin: il pourra peut-être passer facilement pour un hétéro. Mettez-en trois ensemble, et soudain, vous avez l’impression de vous retrouver un poulailler. Dans ces conditions, je trouve normal que nous soyons plus attirés par les hétéros que par nos semblables. Je ne dis pas que nous devons ressembler aux mecs hétéros pour nous cacher. Je crois que nous devrions cesser de nous féminiser ainsi. Ce n’est pas parce qu’on aime les hommes qu’on doit ressembler à des femmes. Moi le plus beau mec de la terre me dit « chérie, j’ai la chatte qui me démange », je débande tout de suite!  

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

Minets farouches

Posté par nicolas le 3 octobre 2008

 

Les jeunes minets, faut pas les brusquer. Ils sont farouches lorsqu’ils ne ce sont pas des salopes qui se font niquer le fion depuis des années. Ils sont difficiles, méfiants, mais en même temps, curieux de découvrir de nouvelles sensations. Lorsqu’on les approche avec tact et doigté, ils savent devenir des amants confirmés très très vite. Jamais je ne me lasserais de déflorer leurs jeunes culs de males, avec douceur et tendresse après leur avoir détendu l’oeillet à la langue.

Jamais je ne me fatiguerais d’observer avec délectation ce regard et ce sourire si spéciaux quand ma grosse bite pénètre à fond dans leurs anus serré. Soudain, après la petite douleur lorsque mon gland s’enfonce, c’est le plaisir intense qui se lit sur leur figure. Mais j’aime aussi me faire sauvagement sodomiser par leurs bites insatiable. Ils sont beaux ces jeunes mecs qui me ramonent comme des lionceaux en feulant, arc-boutés au dessus de moi, me pilonnant jusqu’à ce que leurs belles couilles roses et dures déversent leur trop-plein de semence virile dans mon cul toujours assoiffé. Regardez-les ensemble, à parlez fort, à se marrer, à se taper sur l’épaule, à se raconter des histoires de meufs, et regardez celui-là qui vous mate du coin de l’oeil, parce que lui, ce n’est pas les chattes qui l’émoustillent, mais les braguettes bien fournies.

Il est timide, il ne sait pas comment s’y prendre, ça le démange de partout et ses yeux se troublent quand il vous regarde. Farouches, mais qui ma pas les yeux dans la poches…..  

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

Pédé moyen

Posté par nicolas le 3 octobre 2008

Le 10 mai 1981, il y a un peu plus de trente ans, Mitterrand était élu président de la république, initiant ainsi la premiers alternative socialiste à vingt-trois ans de règne gaulliste. Avant 1981, et malgré l’exemple venu de New York en 1969 avec l’émeute du Stonewall, c’était encore pour le pédé moyen, la chape de plomb (limite plomb fondu dans le cul comme au temps « béni » de l’inquisition). Bien sur, et grâces leur soient rendues, de plus en plus d’intellectuels et de personnalités, gais ou non, s’engageaient en faveur; le mensuel Geai Pied, crée en 1978, n’en fut pas la plus mince contribution. Avant, dis-je, c’était encore l’opprobre, la honte, le fichage à la mondaine, les ratonnades de flics. Dans la vie, on faisait peur; au ciné, on faisait rire….

Le 18 mars 2001, l’un des premiers hommes politique ayant fait son « come-out », Bernard Delanoé, était maire de Paris, sans que les allusions nauséabondes de ses détracteurs n’aient pu influencer l’électorat. Rien ne s’est fait tout seul, et la responsabilité de l’évolution des mentalités n’est pas à mettre au crédit d’une communauté homosexuelle qui n’existe pas toujours pas, mais d’un ensemble d’individualités, hommes et femmes, qui ont su inlassablement oeuvrer pour imposer leur droit de vivre comme n’importe quel citoyen de ce pays. Ainsi, le Pacs, qui, aujourd’hui et pour la première fois, officialise notre existence dans la loi française, c’est à peu de personnes à qui nous le devons, dont l’infatigable Jean-Paul Pouliquen.

Le prix à payer fut et est encore lourd, quand le virus du sida a commencé à décimer nos rangs. Là encore, sans la courageuse initiative des mouvements associatifs homosexuels, comment aurions-nous pu pallier à la coupable inertie de la politique hétérocrate?

Dorénavant, nous voulons vivre en paix, et bénéficier de TOUS les droits bénéficient les hétérosexuels, et s’il y a bien un point crucial ou l’égalité achoppe, c’est bien le droit a l’adoption d’enfants par des couples homosexuels. Non, mesdames, non messieurs! Un enfant élévé par des gaisou lesbiennes ne deviendra pas ipso facto pédé ou goudou. Jusqu’à la preuve du contraire,, ce sont vous les, hétéros, qui nous avez conçus…Non mesdames, non messieurs! Un homosexuel n’a rien de commun avec un pédophile, et ce, malgré l’acharnement proprement diabolique d’une clique de haineux ou coïtent sans vergogne droite extrême et papisme qui voudrais bien faire l’amalgame dans l’influençable cervelle de M. et Mme Toulemonde.

Et merde encore une fois à tous ces crypto-agitateurs pédés fébriles qui considèrent qu’être pédé, c’est en soi être révolutionnaire, et qu’il faut refuser toute connotation hétérote, dont l’image meme  de la famille serait le repoussoir! C’est lorsque l’on combat pour l’égalité et la fraternité des gais et des lesbiennes veut vivre en paix, ouvertement, et élever ses mômes avec amour pour faire des adultes responsables, heureux et respectueux de la république!          

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

Godes, chaines

Posté par nicolas le 2 octobre 2008

godes14.jpgJe suis homo et plutôt bien dans ma peau. Comme tout le monde, je drague, je me fais des mecs. J’ai vécu deux ans avec un mec, nous sommes restés amis, bref, tout va bien ou presque. Je vais en boite, au ciné, à la gym et trouver du travail. La seul chose qui me travaille, c’est le cas de le dire, c’est que j’ai l’impression d’être inapte à une sexualité débridée. Attention, quand je dis inapte, je ne veux pas dire que je ne m’en sens pas capable. Ni même que je n’en éprouve pas l’envie. Comme tout le monde, j’ai la tète qui déborde de fantasmes, et je peux, c’est sans problème, me branler trois fois par jour. Ce qui me questionne, c’est autre chose: comment provoquer ces partouzes magistrales, ces plans à quatre dans les bois, ces scènes de vestiaires ou le garçon en chaussettes blanches se transforme en »porn star » avec jock-strap ou string? Le réseau ne présente que des mecs à deux cent kilomètres de chez moi, dans la backroom d’ici, on ne trouve que des types mariées qui restent a mater en solo.

Dans ma salle de gym, personne ne se branle sous la douche et quand je sors en boite, j’arrive à ramener un mec de temps en temps, et la, on baise classique. Ni godes, ni chaînes, ni autres objets sexuels, rien que du banal, en somme. Alors ou sont-ils tous ceux qui vivent ça, comment leur parler?     

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

123
 

SEXEGAYS.LE MUST DU SEXE GAY |
Amateurs de gros seins |
Jeunes et coquines |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Exhib Fetish MaxAlicia
| homogay
| Blog Gay